Retour à la page d'accueil







Alfredo Garzõn - Techniques et Matériaux


Cliquer sur l'image pour l'agrandirJe vais expliquer une technique simple, avec toutes les autres il se passe la même chose. Dés l'enfance j'ai appris à modeler l'argile, et à maitriser cette technique qui est une des plus primitive. J'ai continué toute ma vie à l'utiliser, à ma façon, avec toutes les connaissances acquises au cours des années. Cette technique je l'applique à la cire, car j'ai toujours fait des pièces uniques moi-même, du début à la fin.

Cliquer sur l'image pour l'agrandirC'est une technique qui convient à ma personnalité, avec le risque (il n'y a pas de modèle, je travaille directement la cire), la spontanéité, on peut ajouter, illuminer d'accord à la suggestion de la matière, du hasard, ou de l'idée. Toujours en gardant la proposition qui est une plus grande ouverture et liberté, jusqu'à ce que l'oeuvre soit terminée. A ce moment là intervient le mariage, ou l'opposition de la technique avec les matériaux comme par exemple : un bloc de marbre ou un bloc de bois, suspendu par un fil de bronze. Là commence un nouveau type de sculpture qui est la plus intéressante, c'est l'ESPACE, "sculpter l'espace" lui qui n'est pas palpable, que l'on ne voit pas, par manque d'habitude mais que l'on sent. Pour donner l'importance à cet espace (qui est pour moi le côté psychologique), je sacrifie la matière.

Toutes les techniques comme les matériaux sont utilisées au maximum, d'accord à leur langage, c'est la raison pour laquelle j'utilise des matériaux nobles, afin de pouvoir arriver en partant de la plus grande brutalité, ce que cache l'être humain, au plus grand rafinement comme peut être, l'humain.

Cliquer sur l'image pour l'agrandirToutes mes oeuvres sont dirigées vers l'être humain, j'essaie de réveiller dès le début ses contradictions. Ainsi s'affrontent des matériaux comme le bois, chaud, introverti, léger, profond - avec le bronze, rigide, froid, qui peut lui s'approcher de la structure du squelette.

Jusqu'à la fin, ce jonglage d'oppositions va continuer dans la finition, le polissage, les couleurs. L'intéressant c'est de jongler avec "le plein - le vide", "le mensonge - la vérité", "le bien - le mal", "la logique - illogique", "l'espace - la matière". Toutes ces oppositions sont des éléments qui existent, et que l'on doit considérer. Ces types d'oppositions constantes, avec une certaine force de pénétration dans l'espace, créent un questionnement chez le spectateur, avec tous les passages qui peuvent exister, ou qui s'opposent avec la finition, le vernis, les couleurs. Cela me donne la possibilité de m'approcher de la complexité de la société actuelle.

Cliquer sur l'image pour l'agrandirDe cette façon, et ensemble, va ma position personnelle et ma façon de travailler, dans la spontanéité totale, avec toutes mes connaissances et la maîtrise des techniques et des matériaux, de façon à pouvoir les affronter comme un dialogue constructif jusu'à une valorisation harmonique et claire, comme un langage communicatif, que toutes ces forces, de la plus brutale à la plus subtile, créent une proposition, une interrogation, avec certains indices de réponses : c'est la spontanéité, fraiche de l'enfant, avec l'intelligence, la culture, l'éducation de l'adulte, et bien sur le talent, si on l'a!!

Cette façon correspond parfaitement à ma personnalité, à mon expérience : être ouvert et attentif au moindre détail qui peut enrichir l'oeuvre, mais surtout ne pas tomber amoureux et vouloir l'imposer.
Reconnaître, tenir compte, assimiler, de façon à pouvoir l'utiliser au moment opportun, naturellement, dans une oeuvre pour laquelle cela correspond.

Le plus important pour moi c'est l'émotion que l'on transmet. Cela veut dire "le plus magiquement clair !", que matériaux et techniques sont des parties d'une totalité, comme est une oeuvre, comme est la vie. Comme la vie avec toutes ses contradictions, de la "connerie" à l'intelligence profonde, une proposition, ce que recherche tout individu : l'harmonie, le bonheur pour lesquels ont peut lutter, et que l'on peut approcher par l'interrogation de ne pas savoir.

Cette même position est utilisée dans la peinture, la sculpture, les reliefs, la gravure, les bijoux. Seulement la grande différence est que pour la sculpture c'est une réalité parce que l'on peut la toucher, c'est une force physique qui s'impose dans l'espace et à qui il faut donner l'illusion. Dans la peinture c'est l'illusion à laquelle il faut donner la réalité! Pour le dessin, c'est donner la magie par la simplicité.
La gravure, c'est une technique qui va de la peinture au dessin.
Pour les reliefs, c'est un mélange de peinture et de sculpture où travaille l'illusion. Quand aux bijoux, c'est la discipline et la fonctionnalité.

Retour en haut de page
Retour en haut de page

 


Nouveautés

L'artiste vous invite à découvrir son atelier...
pour surprendre ses dernières oeuvres !


Contact

 

Consultez la boutique Online